Skip to main content

LES FACTEURS DE RISQUE (1)

De multiples facteurs et différentes causes seraient à l’origine de la maladie hémorroïdaire.
Parmi les causes possibles, on peut retenir :

  • une maladie des vaisseaux,
  • une maladie du système d'attache des hémorroïdes à la paroi du canal anal.

Les facteurs qui semblent favoriser le déclenchement de la crise hémorroïdaire sont :

  • la constipation,
  • la diarrhée,
  • certains médicaments, comme des laxatifs ou suppositoires pris au moment d’épisodes de constipation,
  • l’alimentation, notamment les épices,
  • la grossesse,
  • l'accouchement,
  • le stress,
  • les menstruations,
  • les efforts physiques importants. 

LA CONSTIPATION

La constipation est reconnue comme la principale cause des crises hémorroïdaires (2).

Lorsque les selles sont dures et difficiles à évacuer, les efforts de poussée contribuent au glissement des hémorroïdes vers l’extérieur. Les frottements assez importants qui résultent de la poussée au moment de la défécation favorisent le saignement.

Dans la prise en charge de la maladie hémorroïdaire, la prévention de la constipation est fondamentale.
Un régime riche en fibres permet souvent d’améliorer la situation. La régulation du transit permet d’atténuer les symptômes hémorroïdaires pour 4 patients sur 10 (3).

En plus des fibres alimentaires, la prise de laxatifs peut vous aider à lutter contre la constipation.

Les troubles du transit : ennemi n°1

À l’état normal, le canal anal est fermé. Au moment de l’évacuation des selles, les sphincters s’ouvrent en se distendant. Or, en cas de constipation chronique, ce processus s’effectue avec difficulté.

En cas de constipation, le relâchement des sphincters ne se fait pas. C’est par un effort de poussée que le rectum pourra être vidé. Or, cet effort produit une hypertension abdominale et favorise la sortie des hémorroïdes du canal anal.

En se relâchant, les hémorroïdes peuvent se retrouver à l’extérieur de l’anus et créer une gêne.

15% à 35% des adultes ressentiraient des troubles liés à la constipation. (4)

LE RÔLE DE L’ALIMENTATION

En cas de crise hémorroïdaire, certaines règles hygiéno-diététiques peuvent aider à soulager vos douleurs.

Il est recommandé :

  • de manger davantage de fibres alimentaires,
  • de ne pas forcer au moment de l’évacuation des selles.

En effet, une alimentation pauvre en fibres et une hydratation insuffisante provoquent le durcissement des selles. Et plus les selles sont dures plus il est difficile de les évacuer.

Si ces règles hygiéno-diététiques ne suffisent pas à vous soulager, vous pouvez prendre des laxatifs pour mieux réguler votre transit.
Dans tous les cas, il est préférable d’en parler avec votre médecin.

Les bienfaits des fibres pour réguler le transit (5)

Les fibres alimentaires sont apportées par pratiquement tous les végétaux. Elles ont la spécificité de ne pas être digérées par votre organisme lors de leur passage dans le tube digestif. Elles sont donc presque entières dans votre intestin.

Leur rôle dans la régulation du transit ?

  • Elles modifient le volume des selles : plus nous mangeons de fibres, plus nos selles seront volumineuses et éliminées rapidement,
  • elles modifient la structure des selles : plus les selles contiennent des fibres, plus elles contiennent du liquide. Des selles molles sont plus faciles à évacuer,
  • elles jouent un rôle d’accélérateur du transit intestinal.

Les aliments à éviter

Certains aliments peuvent être des facteurs de risque de déclenchement d'une crise hémorroïdaire et sont donc à éviter :

  • les aliments épicés,
  • les aliments gras.

L’alcool et des boissons comme le café ou le thé sont également des facteurs de risque.

LE STRESS

3 personnes en réunion

Le stress pourrait être l’un des facteurs de risque de la crise hémorroïdaire.

LE MODE DE VIE

Un couple qui fait de la course à pieds à côté de la route, il y a des arbres des deux côtés de la route

Le mode de vie a une incidence sur la crise hémorroïdaire. Ce sont plutôt les mauvaises habitudes de vie qui peuvent être à l’origine d’une pathologie hémorroïdaire.

Parmi ces habitudes de vie, nous pouvons citer :

  • une position assise ou debout prolongée,
  • une alimentation pauvre en fibres,
  • une activité qui demande de vifs efforts,
  • l’obésité.

LES PERSONNES À RISQUES

Certaines personnes présentent plus de risques que d’autres d’être touchées par la maladie hémorroïdaire.
Quelles sont les personnes qui présentent le plus de risques ?

  • Les personnes obèses ou en surpoids,
  • les personnes qui sont trop souvent assises,
  • les personnes atteintes de constipation régulière,
  • les personnes qui ne font pas suffisamment d’exercice,
  • les personnes qui exercent une activité physique trop intense (cyclisme, haltérophilie, équitation),
  • les femmes enceintes,
  • les femmes qui viennent d’accoucher.

La dilatation des veines que provoquent certaines maladies cardio-vasculaires, du foie, ou de l’appareil digestif, peuvent favoriser l’apparition de la maladie hémorroïdaire.

(1) Société Nationale Française de Colo-Proctologie. Les hémorroïdes.
https://www.snfcp.org/informations-maladies/hemorroides/les-hemorroides/, consulté le 27 janvier.

(2) Vidal. La cause des hémorroïdes,
https://eurekasante.vidal.fr/maladies/coeur-circulation-veines/hemorroides.html?pb=causes-complications, consulté le 12 janvier 2018.

(3) Laurent Siproudhis & Thierry Higuero, Traitement de la maladie hémorroïdaire, Société Nationale Française de Gastro-entérologie,
http://docplayer.fr/12642720-Conseil-de-pratique-traitements-de-la-maladie-hemorroidaire-redacteurs-laurent-siproudhis-thierry-higuero.html, consulté le 12 janvier 2018.

(4) Vidal. Constipation. La maladie.
https://www.vidal.fr/recommandations/2484/constipation/la_maladie/, consulté le 27 avril 2018.

(5) JD Zeitoun. Tout sur tous les traitements des hemorroïdes. Hepato  Gastro 2011 ; 18 : 197-201